Cette analyse a pour ambition d’étudier les apports spécifiques des terminaux tactiles, liés aux nouvelles pratiques et processus de communication actuels. Ainsi, en se basant sur l’axe de l’interactivité et sur la contribution de l’innovation en terme de mobilité et de praticité, l’étude relate les possibilités et perspectives de ces nouvelles plates formes.

    Partant sur le constat du développement progressif de grandes marques vers le tactile, nous observerons en particulier que cette nouveauté ne s’accompagne pas systématiquement d’une réflexion en termes d’ergonomie et de design de produit. Aussi, certains terminaux tactiles ne se distinguent pas clairement de modèles non tactiles. Ce manque de contraste entre les modèles pose la question d’une réelle innovation tactile, paraissant parfois comme un simple argument de vente.

    Cependant, les progrès développés par certaines marques contredisent cette tendance, notamment avec le développement vers des écrans LED, le multipoint, la sensibilité accrue au survol du doigt et stylet, ou le développement de systèmes toujours plus révolutionnaires. Enfin, nous verrons que les terminaux tactiles semblent se décliner plus commodément vers les supports de taille réduite (netbooks, smartphones…), dont l’utilisation parait plus adaptée pour la tactilité, tant sur le plan ergonomique que portatif.

    En conclusion, il persiste néanmoins une interrogation inhérente à ces nouveaux supports ; la rapidité de développement du tactile rime-t-elle avec pérennité ?

    Équipe de travail :

    Nicolas Dias, Lydie Dareau, Renaud Anney, Sébastien Richarth

    Partager et découvrir:
    • Print
    • Digg
    • StumbleUpon
    • del.icio.us
    • Facebook
    • Yahoo! Buzz
    • Twitter
    • Google Bookmarks