Article de Tep Chann Nimmith TEK

    D’après l’intervention d’Agnès HENRI, responsable éditoriale d’EDP Sciences, aux journées Crossmédias, le 14 février 2011.

    Créé en 1920, EDP Sciences (Édition Diffusion Presse) est un éditeur français voué à la diffusion de la science au niveau international, appartenant à des sociétés savantes. Il publie notamment des revues académiques destinées principalement à un public spécialisé, contenant des travaux de chercheurs de domaines tels que les sciences de la vie, la santé, les mathématiques, la physique ou encore l’astronomie et détient également un catalogue de près de 500 livres en français, ainsi que des magazines professionnels. Ces publications sont utilisées par d’autres chercheurs et éditeurs. Les métiers d’EDP Sciences consistent principalement à valider les articles publiés à travers son comité de lecture, à trouver des outils de promotion et de diffusion, mais également d’en assurer son archivage.

    Astronomy and Astrophysics

    En 1995, EDP Sciences met en place une plateforme web de publication en ligne qui compte aujourd’hui 109 sites, dont 8 portails/sites associatifs, 16 sites dédiés à des actes de conférences, 85 sites de revues, ainsi qu’une archive réunissant plus de 150 000 articles, datant de 1872 à 2010, 7700 articles supplémentaires étant publiés chaque année. Le taux de téléchargement est en hausse constante depuis plusieurs années, avec un basculement de comportement des lecteurs, cette version électronique devenant la version de référence. La plateforme génère en effet un chiffre colossal de 3,3 millions d’articles téléchargés en 2009, et 4 millions en 2010, soit une hausse d’environ 20%, la version papier ne servant principalement qu’à l’archivage.

    Pour mieux répondre à ces nouveaux besoins, EDP Sciences fournit désormais un large panel d’outils pour le lecteur en ligne. Ils ont été spécialement développés par les éditeurs scientifiques et incluent deux outils de référencement majeurs, proposant une navigation croisée d’un article à l’autre : le DOI, Digital Object Identifer, et la CrossRef.

    Le premier, géré par la DOI Foundation, est utilisé afin d’identifier des éléments de contenus au sein d’un réseau digital. Cela permet à l’éditeur de proposer des liens entre articles, le plus souvent situés dans les références bibliographiques, à l’image de Wikipédia. Attribué par le producteur/diffuseur du document, chaque DOI est associé à une URL afin de localiser l’article et peut contenir de nombreuses informations sous forme de métadonnées. Il peut s’agir de la provenance de la source, de liens commerciaux, de types de document, ou encore de droits d’auteurs. Ces données sont traitées par la CrossRef, l’agence visant à promouvoir le DOI. Elle contient une importante base de données listant tous ces éléments identifiés, et sert alors d’outil en recevant les couples DOI/URL par son diffuseur. Elle retrouve ainsi la localisation de l’article lors d’un clic sur un lien et redirige vers la page associée.

    Afin de s’aligner avec les dernières tendances technologiques de diffusion de l’information du web, EDP Sciences propose également des services aux auteurs, lecteurs et bibliothécaires. Plusieurs versions sont disponibles, le PDF pour l’impression, le HTML pour une navigation à travers un sommaire, des services d’alertes via les e-mails et les flux RSS et des liens de partages vers les réseaux sociaux. De plus, EDP indexe automatiquement les données et donne la possibilité d’exporter celles-ci. Ce travail de médiation est aussi soutenu par une stratégie cross médias, incluant des réalisations de résumés en vidéos (Institute of Physics Publishing), la possibilité de laisser des commentaires autour d’un article (Biomed Central), des outils d’évaluation des chercheurs mais aussi des applications Iphone (Cambridge University Press).

    Ces nouvelles implémentations ont modifié considérablement les modèles économiques au sein d’EDP. L’abonnement simple à une revue a en effet migré au fur et à mesure vers un abonnement électronique en ligne avec plusieurs options alternatives possibles. EDP Sciences propose désormais à la vente ses contenus par lots ou « package », sous forme d’abonnements « multi-site » réunissant les chercheurs de tout un institut, ainsi qu’un accès aux archives depuis 1872. Cela facilite grandement la diffusion des documents au sein des bibliothèques et des instituts. Ce nouveau modèle permet donc d’avoir accès à bien plus d’articles, d’être beaucoup plus visible, et qui plus est, d’attirer un plus large public.

    Un modèle économique alternatif dit « Open Access » se met également en place, où l’édition des articles est financée du côté de l’auteur, et où l’institution de rattachement de l’auteur paye pour que les articles soient disponibles gratuitement et en accès ouvert à tous.

    D’abondantes problématiques se posent alors, notamment à propos des livres, tout en soulignant le succès du Kindle lancé par Amazon. On remarque que de nombreux éditeurs travaillent actuellement sur de nouveaux formats comme l’epub, mais également sur l’intéractivité des contenus. Les prix, les financements, les canaux de communication et de distribution, la protection des fichiers et des droits d’auteurs sont d’autant de questions que se posent désormais les acteurs de ce marché en plein développement.

    Partager et découvrir:
    • Print
    • Digg
    • StumbleUpon
    • del.icio.us
    • Facebook
    • Yahoo! Buzz
    • Twitter
    • Google Bookmarks