D’après l’intervention de Stéphanie ORLIC, service multimédia du Musée du Louvre, le 15 février 2011 aux rencontres Crossmédias

    Museum Lab a été créé en 2006 à Tokyo à l’initiative du musée du Louvre, en partenariat avec la société japonaise Dai Nippon Printing (DNP), afin de promouvoir la culture en proposant des expositions, à un rythme régulier de deux expositions par an. Il a récemment présenté une exposition permettant au public tokyoïte de découvrir une large collection de pièces en porcelaine de la Manufacture Royale de Sèvres. Cette exposition a la caractéristique de proposer au visiteur une nouvelle expérience à la fois sensorielle et éducative. En effet, un système intelligent de projection directe sur les objets exposés vient appuyer visuellement les explications proposées sur différents cartels numériques tout au long de l’exposition. Les informations proposées au visiteur sont ainsi mises en valeur et permettent la découverte de détails plus fins. Des cartels numériques permettent également de gérer le multilinguisme en activant, en plus des notes écrites, des commentaires audio dans la langue du visiteur.

    Le projet Museum Lab a pour objectif de communiquer au travers de l’image en limitant l’usage de mots. Il explore, grâce à diverses méthodes et technologies, les différentes façons de regarder, d’apprécier et de comprendre une œuvre d’art. Le Museum Lab a comme réflexion permanente la “médiation”, c’est à dire créer un lien entre l’œuvre et le visiteur par les moyens les mieux adaptés à l’accompagnement de ce dernier. Aussi le multimédia n’est jamais utilisé de manière gratuite et n’envahit pas l’espace réservé aux œuvres.

    Les différents dispositifs mis en place ont pour rôle de guider le regard du visiteur sur les œuvres. Devant un dispositif “classique” — comprenez sans médiation numérique —, le visiteur devait préalablement se renseigner sur l’œuvre pour ensuite l’apprécier visuellement, l’analyse se faisait donc en plusieurs temps. Le Museum Lab a résolu cette problématique en concevant un dispositif audiovisuel qui accompagne le regard du visiteur en faisant apparaître un faisceau lumineux sur l’œuvre (par projection), de manière à mettre en avant certains détails, tout en projetant en parallèle un affichage textuel qui apporte les explications correspondantes.

    En plus de faciliter leur compréhension, les nombreux dispositifs permettent aussi de manipuler et d’interroger les œuvres tout au long de l’exposition. Le visiteur peut appréhender plus directement l’objet exposé. Par exemple, il est laissé au visiteur la possibilité de créer sa propre décoration d’assiette en porcelaine en fin d’exposition. Le choix des couleurs et des motifs se fait sur un écran tactile et ces éléments de décoration sont ensuite projetés sur un support réel : une assiette en porcelaine totalement blanche. Cette activité implique le visiteur dans sa visite et lui permet d’assimiler au mieux toutes les informations reçues précédemment. Museum Lab, à travers ces expérimentations, permet également aux visiteurs de s’interroger sur sa place. Est-il spectateur, est-il acteur ? Ce questionnement l’amène à construire un dialogue personnel avec les œuvres.

    Museum Lab, grâce aux nouvelles technologies, a réussi à changer le regard que l’on pose sur les œuvres, afin de les regarder autrement et d’enrichir son plaisir d’appréciation de l’art.

    Partager et découvrir:
    • Print
    • Digg
    • StumbleUpon
    • del.icio.us
    • Facebook
    • Yahoo! Buzz
    • Twitter
    • Google Bookmarks