Article de Clodrey DELANNET et Sonia DEMS.

    D’après l’intervention de Thomas BIJON, coordinateur des productions en ligne de la RMN, lors des Rencontres Crossmédias, le 15 février 2011

    Le site « Monet numérique », produit par la Réunion des Musées Nationaux (RMN) a été réalisé à l’occasion de l’exposition consacrée à Claude Monet qui s’est tenue dans les galeries nationales du Grand Palais du 22 septembre 2010 au 24 janvier 2011. Sur cette période, plus de deux millions de visiteurs ont rencontré l’univers du peintre à travers le site Internet, pour 900 000 visiteurs sur place. Thomas Bijon, coordinateur des productions en ligne à la RMN, expose les raisons d’un tel succès. Au-delà de la performance technologique, la nature de l’expérience proposée pose question en termes de médiation et de pertience des contenus.

    Pour Thomas Bijon, l’heure est à l’application de solutions technologies plus que d’expérimentations. Un site comme celui consacré à Monet permet à ceux qui ne peuvent pas se déplacer à Paris d’avoir une vision la plus large possible de l’exposition.

    S’il offre une dématérialisation de l’exposition, l’objectif premier du site est de délivrer les informations pratiques pour l’accès « réel » et la billetterie. Le site propose ensuite deux parcours, l’un présente les œuvres exposées dans une « galerie », l’autre montre le travail du peintre sous une forme moins scientifique et moins attendue. C’est la rubrique « voyage », un parcours poétique particulièrement innovant, où l’on navigue à travers douze tableaux qui s’animent et se colorisent à la manière d’une aquarelle. C’est en suivant un élément du tableau – une pie qui s’envole, les ailes d’un moulin qui soufflent les blés – que l’on circule de toile en toile.

    A la différence des techniques de « crossmedia » qui visent à développer un même discours sur différents supports, le « voyage » fait le choix d’« un nouveau contenu décalé », selon l’expression de Thomas Bijon, autrement dit d’aucun discours du tout. Car c’est là que pêche sans doute le dispositif proposé, aussi époustouflant soit-il. Sans aucun discours, le dispositif laisse croire à une succession d’aquarelles, alors que le peintre n’a jamais utilisé cette technique. On peut s’interroger sur la plus value culturelle : que retient-on du travail de Monet ? Thomas Bijon l’admet : le « voyage » n’est que « pure expérience », destinée à attirer dans l’univers du peintre des publics qui n’y sont pas familiers, comme les plus jeunes par exemple.

    L’apport scientifique de l’exposition est à trouver dans la partie « galerie » qui, plutôt que de recréer l’espace de la scénographie (impossible car l’accrochage se fait au dernier moment), crée des parcours individuels d’œuvre en œuvre. Bien entendu, rien ne remplace la confrontation physique avec l’œuvre originale. Le site permet aussi d’accéder aux conférences.

    Autre innovation numérique, le « visioguide » se substitue au traditionnel audioguide. Il se présente sous la forme d’une application iPhone téléchargeable sur iTunes pour 2,99 €. Le téléphone portable permet des compléments éditoriaux – vidéos, zoom sur les œuvres, plans interactifs de l’exposition. Une telle application nécessite une écriture propre, un ton spécifique, orienté « tout public » et complémentaire aux cartels des œuvres, dont la vocation est plus scientifique, ce qui explique que sa réalisation ait été sous-traitée à la société Espro, spécialisée dans la production d’audioguides.

    Enorme succès d’audience (près de 2 millions de visiteurs entre trois mois), le site a été réalisé par l’agence parisienne, 84TM. Il compte un groupe de fan sur Facebook et a reçu le prix du FWA (Favourite Web Awards).

    Liens :

    http://www.monet2010.com/
    http://conseil-creation-artistique.fr/
    http://www.rmn.fr/
    http://www.musee-orsay.fr/fr/accueil.html
    http://www.les84.com

    Partager et découvrir:
    • Print
    • Digg
    • StumbleUpon
    • del.icio.us
    • Facebook
    • Yahoo! Buzz
    • Twitter
    • Google Bookmarks