Lors des 3e rencontres nationales du numérique, organisées par le CLIC (Club Innovation Culture) le 4 avril dernier à la Grande Halle de la Villette, on s’est interrogé sur la manière dont les audio-guides sur supports mobiles transforment la visite et les conditions de la médiation. Des réserves étaient émises sur l’invasion de dispositifs trop distrayants qui finalement détournent le visiteur de l’expérience réelle de l’œuvre. « Laissez les écrans à la maison ! » lançait par provocation Florence Belaën. Tout est en effet question d’usage, de bonne intégration des dispositifs dans une stratégie globale de médiation, à la fois physique et numérique, avec un soin tout particulier à apporter à l’élaboration des contenus pour le support mobile dont le scénario de médiation doit être spécifique. Tel est le choix fait par la Bibliothèque nationale de France avec le visio-guide mobile réalisé à l’occasion de l’exposition « Miniatures flamandes », qui se tient à la Bibliothèque François-Mitterrand jusqu’au 10 juin prochain. Ce sont des manuscrits enluminés au XVe siècle en Bourgogne et dans les Pays-Bas méridionaux. Une médiation exigeante s’il en est.

    Les enjeux du scénario

    C’est choisir une vingtaine de peintures, dont l’organisation ne suit pas littéralement le parcours de l’exposition, mais donne un aperçu général du contexte historique, des enjeux du livre à la cour de Bourgogne, explicite son économie, à travers des commanditaires prestigieux, la cour, les grands aristocrates, ou plus modestes, les villes, les bourgeois. Cette sélection des œuvres permet de balayer les thèmes structurants du livre flamand : création de chroniques historiques, renouveau du livre religieux, essor de la littérature profane, romans antiques et chevaleresques, en insistant sur les innovations picturales propres aux primitifs flamands. Tel est l’objectif du commentaire sonore : mettre les œuvres en contexte et les lier les unes aux autres dans un propos d’ensemble. C’est la narration qui crée la cohérence du scénario.
    Il s’agit en effet, au-delà du parcours de l’exposition qui s’attache notamment aux ateliers et aux grands maîtres de la miniature flamande dans une perspective chronologique, de donner les clés de compréhension, politiques, économiques, esthétiques, qui viennent en appoint des panneaux de l’exposition. Sur les vitrines, un pictogramme indique au visiteur que l’œuvre est commentée dans l’application, qui propose ainsi une visite transverse, complémentaire, à celle du parcours proprement dit.

    Une application pour iPhone et iPad

    S’il y a de légères différences ergonomiques liées au format des écrans, les contenus sont les mêmes pour des usages différents : l’iPhone s’utilise dans l’exposition, permet de zoomer ponctuellement sur un détail de l’enluminure, parfois invisible à distance, derrière la vitrine (certaines miniatures sont en effet de la taille même du téléphone) et d’écouter librement le commentaire sonore, comme un audio-guide traditionnel. Pour l’iPad, nous sommes dans le cas d’un « album augmenté » et non d’un visio-guide. C’est la haute définition des images qui fait toute la différence, offrant un meilleur zoom et permettant à l’utilisateur de laisser guider du doigt sur l’image par le commentaire sonore. C’est un usage posé, à la maison, dans une démarche pré-visite ou post-visite. C’est pourquoi la BNF propose conjointement les deux applications, gratuitement. Un succès garanti dès les premières semaines d’ouverture avec plus de 2500 téléchargements. Entrons plus avant dans les contenus et les fonctionnalités que propose l’application.

    Découvrir le contexte à travers une introduction audiovisuelle

    Pendant la guerre de Cent Ans, les ducs de Bourgogne, Philippe le Bon et Charles le Téméraire, dont le domaine s’étend jusqu’au comté de Flandre, sont en rivalité avec le roi de France et vont mettre l’art du livre au service de leur ambition territoriale et politique. Ils font travailler les meilleurs artistes flamands qui donneront à l’enluminure toutes les qualités des peintures primitives flamandes.
    Âge d’or de l’enluminure flamande, le XVe siècle marque un tournant dans l’histoire du livre manuscrit. Souci du détail, perspectives atmosphériques, réalisme des attitudes et des figures, visions fantastiques… c’est tout l’art des peintres primitifs flamands qui s’exprime avec brio dans ces miniatures.

    Zoomer sur les images en haute définition, écouter le commentaire sonore de chaque peinture

    Chaque peinture est l’occasion de pénétrer plus avant à la cour de Bourgogne : découverte du fonctionnement du conseil à travers l’exploration d’une scène de dédicace ; approche de l’héraldique ; rappel sur la création de l’ordre de la Toison d’or ; immersion dans les villes flamandes, dont l’économie florissante donne un nouvel élan à la production artistique et au livre ; entrée dans l’atelier d’un copiste et dans la bibliothèque d’un gentilhomme ; exploration du Ciel et de l’Enfer mais aussi illustration de moments historiques comme la prise de Caen par les Anglais au début de la guerre de Cent Ans ou le fameux « bal des Ardents » qui faillit coûter la vie à Charles VI.

    Une manière exceptionnelle d’approcher les manuscrits

    Du Grand Armorial de la Toison d’or au Roman d’Alexandre, des Chroniques de Hainaut aux Chroniques et conquêtes de Charlemagne, de l’Apocalypse au livre d’heures de Jean sans Peur, des Chroniques de Froissart aux Métamorphoses d’Ovide… un voyage à travers vingt manuscrits exceptionnels.

    À télécharger sur l’Apple Store : http://itunes.apple.com/fr/app/enluminures-flamandes-la-cour/id501800441

    Partager et découvrir:
    • Print
    • Digg
    • StumbleUpon
    • del.icio.us
    • Facebook
    • Yahoo! Buzz
    • Twitter
    • Google Bookmarks