Convié aux conférences Cross Média organisées chaque année, David Cohen, commercial de la société Digilor, nous dresse un panorama des nouvelles technologies employées dans la création de matériel innovant.Le tactile en constante progression, vient s’intégrer dans la quasi-totalité des produits présentés.Ces solutions touchent divers domaines d’activités comme l’immobilier, la finance , les centres commerciaux entre autre.

     

    Un dispositif attractif

    Jusqu’à présent, la manière la plus courante d’effectuer une opération marketing était d’attirer l’attention du public par le biais de l’animation ou encore par la distribution de tracts publicitaires. Digilor propose aujourd’hui des solutions adaptées à chaque type d’activités commerciales et aux besoins propres de chaque entreprise. Ses produits permettent de capter l’attention des clients et confère un caractère innovant à la marque.

     

    La tactilité et les vitrines transparentes

    • Les tables et totems tactiles apparus avec l’invention de la table Surface de Microsoft intègrent désormais le multi touch permettant la consultation simultanée de plusieurs contenus par différents utilisateurs.
    • Les écrans transparents sont un nouveau moyen de mise en avant des produits d’une boutique. citons pour exemple l’usage de cette technologie très demandée pour la présentation originale et innovante d’un vin .
    • Les vitrines tactiles ayant un cout d’environ 10 000 € possèdent les mêmes caractéristiques que les écrans transparents mais proposent en plus une interaction avec le passant grâce au film électromagnétique posé sur la vitre.

     

    La détection de mouvement

    •  La reconnaissance de mouvements, va permettre la gestion d’une application à distance. Il est basé sur le même fonctionnement que la Kinect qui détecte les mouvements du corps par le biais d’une caméra. Le magasin Repetto a déjà mis en place ce dispositif.
    • Le produit qui vient conclure ce panorama permet la reconnaissance d’objets de la vie quotidienne. Cette identification est possible grâce à l’intégration d’un tag sur l’objet et d’une surface électromagnétique. Il est ainsi possible par exemple de créer un jeu d’échec interactif ou encore d’extraire toutes les informations provenant d’une carte bancaire.
    • Dans son catalogue de produits Digilor propose aussi l’holographie. Cependant, elle n’est pour l’instant que peu répandue du fait du coût très élevé de cette technologie.

     

    Quel avenir pour l’innovation technologique?

    L’évolution rapide des innovations technologiques numériques modifie constamment et considérablement les approches et actions marketing traditionnelles de nos organisations. Qu’il s’agisse du domaine commercial ou culturel par exemple, la panoplie d’outils imaginés et conçus afin de répondre à des besoins de communication et d’information ne laisse pas indifférent plus d’un observateur. Au regard du nombre grandissant des sociétés proposants des services, applications et supports numériques innovants, nous ne sommes probablement pas au bout de nos surprises.

    Communiquer aujourd’hui de manière efficace pour les professionnels semble se rapporter à accorder d’avantage un intérêt particulier aussi bien aux supports qu’aux contenus. La technologie tactile, actuellement l’une des plus prisées, a été révélatrice d’une nouvelle manière d’interagir, modifiant ainsi nos attitudes et notre mode de pensée. « L’interactivité » étant la clef du succès suscite l’intérêt du client. Les entreprises sont de plus en plus désireuses de disposer et de maîtriser les outils innovants les plus récents. Il transparaît très rapidement qu’elles s’investissent pour assurer une communication de «prestige » où l’outil occupe une place de choix.

    Il est, certes, évident que ces innovations contribuent largement à la valorisation et à la transmission des contenus numériques. Cependant, il est de même intéressant de s’interroger quant à l’avenir des futures pratiques de marketing et de publicité dans la société considérant que tout objet autour de nous pourra constituer un point d’information.

    Quelles sont les motivations réelles sur lesquelles s’appuient ces innovations ? Il nous semble que la logique est de plus en plus axée sur la prouesse technologique que le besoin lui-même. Comment donc fait-on remonter la demande sociale dans le processus de conception de ces produits numériques innovants afin de justifier leur nécessité. Cette question prend tout son sens quand on considère parfois le coût important de leur production. Il ne faudrait pas non plus minimiser la problématique de la fracture numérique que l’on peut relever au niveau spécifique des usages. Les personnes les moins en phase avec ces outils seront encore plus déconnectées notamment face, par exemple, aux systèmes de reconnaissance des mouvements qui s’imposeront d’ici quelques années.

     

    Roseny BARTHELEMY M1 CEN/Julien CAPONE M1 CEN/Rossy KABAMBA T.  M2 NET

     

     

    Partager et découvrir:
    • Print
    • Digg
    • StumbleUpon
    • del.icio.us
    • Facebook
    • Yahoo! Buzz
    • Twitter
    • Google Bookmarks