Aujourd’hui, les nouvelles technologies sont au cœur des défis industriels et suscitent l’innovation permanente. Le tactile est de plus en plus présent dans le quotidien des individus, notamment au travers l’informatique et la téléphonie. Cette démocratisation dans les usages facilite aujourd’hui la transition et l’appropriation d’une nouvelle technologie à usage tactile.
    Cependant, le tactile a tardé à s’imposer sur le marché. En effet, deux facteurs d’environnement expliquent ce phénomène, tout d’abord la technique présentait des manques significatifs, notamment sur les capacités graphiques des terminaux, des OS inadaptés (« single-point ») et leur inadaptation aux interfaces homme/machine existantes. A cela s’ajoutent des raisons sociales, par une résistance au changement chez le consommateur qui n’était pas encore prêt à changer ses habitudes et à investir sur une technologie coûteuse.

    Une arrivée lente mais progressive du tactile a permis de distinguer trois époques significatives, de son origine à l’ère de l’iPhone :

    historique_tablus

    Une évolution technique et d’usages

    Il n’est plus à prouver que l’évolution constante et l’utilisation soutenue des nouvelles technologies d’information et de communication ont profondément modifié le comportement et les habitudes de consommation, tant chez les professionnels que chez les particuliers.

    La technologie proposée (Infrarouge, Ondes de surface, FTIR, Capacitive, Résistive, NFI, optique des écrans interactifs) est évolutive et a pour objectif de rendre le produit utilisable dans un contexte spécifié, répondant ainsi aux critères de la norme ISO 9241-11, qui sont au nombre de trois : l’efficacité, l’efficience et la satisfaction.

    Les professionnels, en vue de répondre aux nouveaux besoins imposés par leurs activités, intègrent progressivement les nouvelles technologies. Ces dernières deviennent vite indispensables au quotidien et occupent une place qui ne cesse de grandir.
    Le tactile, à travers la téléphonie et les tablettes, a ainsi réussi son entrée avec succès. Il continue sa progression avec des modèles comme des tables tactiles et interactives qui favorisent l’interaction, par le travail à distance et collaboratif.

    Au même titre qu’une nouvelle technologie est intégrée, elle a également pour conséquence d’impacter directement le comportement de l’utilisateur. Ce dernier est confronté, comme le désignent les sociologues, au triptyque «  appropriation, acceptation et adoption » d’un dispositif technique.

    Compte-tenu de tous ces éléments, comment élargir l’implantation du tactile dans les entreprises ? Quels enjeux et mutations technologiques futures ? Egalement, quelle efficacité en terme de retour sur investissement ? Enfin, quelles nouvelles pratiques et limites ?

    Les acteurs dans le secteur des tables tactiles

    Une demande croissante du marché entraîne chez les fabricants un intérêt particulier pour les tables tactiles. Face à ce phénomène, nous avons recensé les entreprises dominantes dans ce secteur afin de comprendre leur besoin.
    Les entreprises qui s’intéressent au tactile sont principalement issues du secteur privé, comme des télécommunications (Microsoft, Epson, Kodak Mitsubishi, Linux) ou encore publique, dans le domaine culturel (les musées).

    En Arabie Saoudite, le modèle MOSTI (Museum of Science and Technology in Islam) propose une énorme ligne de temps historique sur une grande table multitouch et multi-utilisateur. Avec 5 mètres de long, 6 projecteurs et 6 “tracking” caméras, ce dispositif interactif unique raconte 300 événements historiques à travers plus de 1500 ans d’histoire de contribution musulmane à la science et à la technologie.

    Les tables tactiles, interactives et collaboratives : quelles évolutions technologiques et d’usages ?

    Microsoft, avec son modèle Surface 1.0, anciennement connu sous le nom de code “Milan”, se compose d’un ordinateur surmonté d’un écran tactile de 30 pouces et accompagné de cinq caméras infrarouges dissimulées dans son contour, lesquelles suivent en permanence les mouvements des doigts des utilisateurs.

    Les tables tactiles, interactives et collaboratives : quelles évolutions technologiques et d’usages ?Afin de concurrencer la Surface de Microsoft, Epson a sorti un modèle en intégrant sa propre technologie pour la diffusion d’images, qui sont projetées sur la surface, tandis que les caméras infrarouges reconnaissent les objets et les gestes.

    Les tables tactiles, interactives et collaboratives : quelles évolutions technologiques et d’usages ?

    Linux apporte l’interaction grâce à l’utilisation de plusieurs dispositifs connectés en même temps, le système habilite l’interaction de multiples utilisateurs dans une ou plusieurs applications simultanées. Son écran “touch-and-gesture-activated” permet de supporter un petit groupe de travail collaboratif.

    Les tables tactiles, interactives et collaboratives : quelles évolutions technologiques et d’usages ?

    Par ailleurs, des entreprises comme Red Bull ou Nespresso utilisent les tables tactiles à des fins promotionnelles.

    Les tables tactiles, interactives et collaboratives : quelles évolutions technologiques et d’usages ?

    D’autres, à titre d’expérimentation tactile, s’approprient cette technologie dans leur domaine d’activité.
    L’entreprise Reactable tente l’expérience en tant qu’instrument de musique électroacoustique avec une interface qui permet de modifier les composantes d’un synthétiseur modulaire, en travaillant directement sur les ondes.

    Dans le contexte global du marché fragmenté des nouvelles technologies, les tables tactiles représentent une alternative qui intéresse et séduit de plus en plus les professionnels et les consommateurs. Toutefois cette technologie doit garder sa finalité de communication, fondée sur des échanges verbaux et non verbaux. Accompagner l’évolution des besoins des utilisateurs qui sont toujours en quête de nouveauté.

    Article rédigé par Florence Borrel, Christine Esteves, Mathilde Evens, Malika Fourti et Juan Morales

    Partager et découvrir:
    • Print
    • Digg
    • StumbleUpon
    • del.icio.us
    • Facebook
    • Yahoo! Buzz
    • Twitter
    • Google Bookmarks