L’interactivité des surfaces numériques est aujourd’hui fortement répandue dans le monde des nouvelles technologies. Parmi elles, la vitre numérique occupe une place intéressante. Elle permet d’enrichir le réel grâce à l’intégration de données numériques, ainsi qu’à interaction avec les usagers, via différents outils que nous exposerons dans cet article.

    La vitre : un outil au service du quotidien

    La vitre intelligente, ou smart window / switchable glass, est un outil numérique ayant d’abord été développé dans le but d’offrir aux usagers une meilleure maîtrise de leur environnement à domicile. Elle permet notamment de régler la luminosité et la température intérieure, et de faire ainsi des économies d’énergie. En évitant l’intrusion des rayons lumineux, la vitre intelligente permet de réduire la chaleur du domicile. Les pièces de la maison conservent de la sorte leur fraîcheur naturelle et la climatisation n’est donc pas nécessaire, ce qui permet de réduire les dépenses énergétiques.

    Lors de la conférence Web 13 sur les nouvelles technologies, qui s’est tenue à Paris le 10 Décembre dernier, de nombreuses startups ont exposé leurs produits et ont notamment traité des propriétés de la vitre intelligente. Pour la société Sensorit, l’objet vitre peut être utilisé pour consulter ses mails, afficher le flux des tweets mais aussi pour regarder la télévision, comme un écran de substitution. En outre, ses commandes sont monitorées par la voix et les mouvements de son utilisateur.

    Samsung a récemment lancé une vitre transparente et tactile dont les services seraient élargis aux autres lieux du quotidien, tels que la cuisine ou le véhicule. Elle connaîtrait plusieurs propriétés, notamment connaître une recette de cuisine, faire ses courses en ligne ou encore avoir accès à des données de travail dans le cadre professionnel. La vidéo suivante illustre la manière dont la firme imagine le futur des nouvelles technologies

     

    La vitre : entre transparence et écran de commerce

    De son côté, la société Digital Window a voulu créer un service pour les professionnels et développer une carte de transactions sur vitre intelligente. Celle-ci est au service de l’e-commerce et permet de visualiser les transactions effectuées en temps réel par un annonceur dans le monde entier. L’entreprise peut y visualiser la présence de ses clients en ligne, le lieu de transaction, ce qui a été vendu et pour combien d’argent.

    Enfin, l’objet vitre peut s’avérer utile pour les commerces voulant développer la vente de leurs produits. Proposer par exemple à l’usager d’interagir avec les bandeaux via la vitrine, grâce à des pop-ups ou des services d’achats, peut s’avérer bénéfique pour son image, qui est alors portée sur les nouvelles technologies et l’échange avec le client.

    En juin 2013, à Manhattan, le magasin de vêtements Kate Spade Saturday Girl a lancé, en collaboration avec Ebay, une boutique-vitrine permettant de consulter, depuis la rue, la ligne de vêtements disponibles et de les commander depuis l’extérieur du magasin, grâce à un écran tactile et à une vitrine d’exposition. La vidéo explique en détail le fonctionnement de l’outil.

    À cheval entre vitre et écran, ce dispositif prometteur est donc un service de réalité augmentée qui subvient de manière ludique et interactive aux besoins du quotidien.

     

    Mais comment empêcher l’objet vitre de devenir un simple écran de substitution ?

    En effet, celui-ci présente plusieurs inconvénients techniques.

    Le premier est celui du degré de transparence. Pour que le contenu de la vitre soit visible à l’œil nu, il lui faut systématiquement une très faible quantité de lumière, ce qui ajoute un problème d’emplacement. À l’avenir, si la vitre intelligente se développe sur d’autres surfaces (transports publics, véhicules, vitrines de café), comme l’entend Samsung, il sera nécessaire de répondre à cette question.

    De plus, les transports en commun sont des lieux en mouvement impliquant la notion de temps réel : l’actualisation des données est donc indispensable. C’est sans doute dans ce sens que la vitre numérique prendra toute sa valeur et dépassera la fonction d’écran immuable, que nous trouvons déjà dans le métro via les écrans LCD de publicité.

    Le deuxième inconvénient concerne les données elles-mêmes : prenant en considération le fait qu’une entreprise, quelle qu’elle soit, cherche à faire du marketing et donc à vendre ses produits ou ses services, qu’apporte la transparence de la vitre du point de vue de la valorisation des contenus numériques ?

     

    En résumé, il faut réfléchir à la manière la plus efficace d’exploiter les propriétés de la vitre intelligente. Cela dépendra de son lieu d’installation (installer l’appareil dans une salle de café plutôt que dans les toilettes d’un bar aura peut-être plus de sens), de son rapport au réel (enrichir le réel et non pas simplement superposer des informations les unes sur les autres), et de la visibilité du contenu (ne pas oublier de créer un service éditorialisé, à destination d’une cible, dont le message commercial est clair et visible).

    Article rédigé par Ravahere ChansinAlice Lobel , Manon Ribat et Elise Sanceaume.

    Partager et découvrir:
    • Print
    • Digg
    • StumbleUpon
    • del.icio.us
    • Facebook
    • Yahoo! Buzz
    • Twitter
    • Google Bookmarks